CET : la clé de voûte d'une gestion durable des déchets

La mise en décharge est le dernier recours dans la gestion durable des déchets, mais pour une série de déchets pour lesquels la valorisation ou le traitement thermique ne sont pas possibles, elle reste indispensable. Indaver veille à ce que cela se passe en toute sécurité. Les déchets de nos décharges sont un maillon de notre chaîne de récupération d'énergie : nous en extrayons du méthane qui nous permet de produire de l'énergie.

Sites

Il y a une décharge de catégorie 1 à Anvers. Les déchets dangereux et les matières résiduelles de l'incinération et/ou du traitement des déchets sont déversés dans cette catégorie de décharges. 

Doel compte une décharge de catégorie 1 et une décharge de catégorie 2. La décharge de catégorie 2 est exclusivement réservée aux déchets inorganiques non dangereux ayant une faible teneur en matières organiques biodégradables. 

Hooge Maey est une décharge de catégorie 2 pour déchets ménagers et déchets industriels équivalents. Ces déchets ne sont pas admissibles au recyclage ou au traitement thermique avec récupération d'énergie.

Sécurité

Indaver veille rigoureusement à la sécurité environnementale de ses centres d'enfouissement technique (CET). Grâce à un système électronique de détection des fuites, elle vérifie que le sol est suffisamment protégé contre l'infiltration des déchets. L'entreprise veille aussi à disposer de réserves financières suffisantes pour la dernière couche de couverture et la surveillance lorsque le centre d'enfouissement technique ne sera plus utilisé.

Les centres d'enfouissement technique : source de biogaz

A la décharge de Hooge Maey à Anvers, Indaver est impliquée dans la valorisation énergétique du gaz de cette décharge. À Hooge Maey, on extrait déjà du biogaz des déchets bioorganiques résiduels depuis 2004. 4 moteurs produisent de l'énergie pour environ 4 800 familles.

Gestion durable de l'espace

Indaver gère l'espace durablement et avec parcimonie. Comme la décharge anversoise de catégorie 1 était quasiment pleine et puisqu'il ne pouvait y en avoir de nouvelle en Flandre, Indaver a trouvé une manière novatrice d'étendre la décharge. Elle a transformé le site entre trois décharges (décharge de catégorie 1 à Anvers, décharge de Hooge Maey et décharge du projet d'assèchement Amoras) en une nouvelle décharge appelée'de Drie Valleien'.

Partager cette page