Installations Waste-to-Energy : protecteurs et fournisseurs de l’économie circulaire

Si nous transformons en énergie les déchets étant aujourd'hui encore déversés en Europe, nous pouvons alors doter 13 pour cent des ménages européens en électricité et en chaleur de façon continue. Les installations Waste-to-Energy peuvent dès lors apporter leur contribution. Ainsi, ces installations sont en mesure d’endosser totalement leur rôle de fournisseur d’énergie de l’économie circulaire. Voilà le message que Paul De Bruycker, PDG d’Indaver et nouveau président de la CEWEP, adressera à ses collègues exploitants des installations Waste-to-Energy lors du 14ème congrès « Energy from Waste » qui se tiendra à Londres.

Source: Vlaanderen Circulair

Réseautage et idées

Le congrès « Energy from Waste », qui se déroulera cette année à Londres du 28 février au 1er mars, constitue la grande messe des propriétaires, des exploitants et des fournisseurs des installations de traitement Waste-to-Energy en Europe et dans le Royaume-Uni. Ils se réunissent afin de traiter de sujets essentiels, d’échanger leurs expériences, de découvrir de nouvelles technologies, de réseauter et d’écouter des acteurs internationaux.

CEWEP : Un petit coup de pouce aux installations de traitement Waste-to-Energy

Un de ces orateurs est le PDG d’Indaver SA, Paul De Bruycker. Depuis septembre 2017, il endosse la fonction de nouveau président de la CEWEP, la confédération des installations européennes Waste-to-Energy, l’association globale des propriétaires et des exploitants des installations Waste-to-Energy en Europe. CEWEP rassemble 34 membres en Europe, ce qui revient à quelque 389 installations Waste-to-Energy. Officiellement, cela équivaut à 80% de la capacité Waste-to-Energy en Europe. La CEWEP représente le secteur sur le plan européen et prend part au processus décisionnel. De plus, elle favorise l’échange de l’expérience, de l’étude et du développement entre les membres. La CEWEP souhaite donner un coup de pouce à la récupération de l’énergie alternative en partant de déchets. En outre, la confédération désire démontrer que les installations Waste-to-Energy contribuent à la diminution de la dépendance de la mise en décharge et des combustibles fossiles.

En Europe : de bons et de moins bons élèves

« De manière générale, l’Europe affiche de bons résultats en tant que locomotive du concept de l’économie circulaire », explique Paul De Bruycker. « Une efficacité énergétique élevée, la récupération des matériaux, la réduction des émissions de CO2 et la recherche d’alternatives pour la mise en décharge. » Cependant, il remarque des différences considérables entre les pays en Europe. Ainsi, des pays comme la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas jouent le rôle de précurseurs alors que l’Europe centrale, l’Europe de l’Est et des pays comme le Royaume-Uni sont à la traîne en raison de beaucoup trop de déchets nécessitant encore des décharges.

Alternative durable pour la mise en décharge

Le traitement thermique des déchets ménagers, qui va de pair avec la valorisation énergétique, forme pourtant une alternative sûre et écologique en matière de mise en décharge. « Au sein d’une économie circulaire, nous essayons de réutiliser autant de matériaux que possible en partant des déchets. Toutefois, pour les flux de déchets ne pouvant pas être recyclés de façon qualitative, ou contenant des composants organiques nocifs, Waste-to-Energy offre une solution durable. »

Fournisseur d’énergie

La création de valeur occupe une place prépondérante dans l’économie circulaire. Par conséquent, les installations de traitement Waste-to-Energy ont un rôle crucial en tant que protectrices de la qualité des matériaux du cycle, mais également en tant que fournisseur d’énergie et de matériaux. » Les 90 millions de tonnes de déchets qui se trouvent aujourd’hui dans les décharges en Europe devraient pouvoir doter 18 millions d’Européens d’électricité et 15 millions d’Européens de chaleur par le biais des réseaux de chaleur. Par exemple, les installations Waste-to-Energy d’Indaver situées à Doel et à Anvers fournissent de l’électricité aux entreprises et aux habitants. En ce qui concerne l’installation à Hambourg, elle génère de l’énergie pour les réseaux de chauffage urbain. En outre, le secteur de la construction peut utiliser les cendres d'incinération comme matériau de construction.

"Enfin, les installations Waste-to-Energy doivent endosser ce rôle. Fermer le cycle des matériaux de manière faible en carbone et peu énergivore constitue la seule façon de garantir la prospérité et le bien-être de ce monde." 

Paul De Bruycker, CEO Indaver - Président CEWEP

Partager cette page