Indaver et Sleco continuent d'investir dans la lutte contre les éléments indésirables.

Les feux d'artifice sont synonymes de fête. Cependant, Indaver préfère éviter l'utilisation de fusées sur ses sites. Il arrive pourtant encore souvent que des pièces d'artifice et d'autres éléments indésirables atterrissent parmi les déchets traités par Indaver. Les sites de Indaver et de Sleco ont déjà servi de lieux pour bon nombre de campagnes visant à prévenir ce phénomène. Nous poursuivons, également en 2016, la lutte contre les éléments indésirables. Ainsi, nous souhaitons éviter au maximum des situations non souhaitées ou des interruptions non prévues des installations.

Les éléments indésirables provoquent des problèmes pour les installations et les collaborateurs.

Les éléments indésirables constituent des matériaux n'appartenant pas aux déchets traités par Indaver et Sleco dans les installations d'incinération de Doel. Ces éléments se retrouvent dans les déchets et les boues acheminés. Les éléments indésirables en question sont, par exemple, des récipients sous pression, comme des bonbonnes de butane et de propane ou des extincteurs, mais également des pièces d'artifice, telles que des câbles et même des appareils électroménagers et électroniques. Si de tels éléments indésirables se retrouvent dans les installations, ils peuvent aboutir à des situations indésirables. 


Pour un traitement adéquat des boues acheminées, il est essentiel qu'elles ne soient pas polluées par n'importe quel autre flux de déchets. En effet, ces éléments indésirables dans les boues se bloquent à l'intérieur des pompes et engendrent ainsi des problèmes opérationnels allant de pair avec une perte de la production, et des situations dangereuses pour le collaborateur. C'est pourquoi il est crucial que les boues soient soigneusement stockées chez le client pour ensuite être proprement transportées.

Filtrer les déchets quotidiens

Nous prenons une pléthore de mesures, sur notre site de Doel, afin de parvenir à séparer les éléments indésirables des déchets à traiter. Nos collaborateurs sont très bien informés des critères d'acceptation relatifs aux déchets. Les responsables des zones de déversement bénéficient d'ailleurs de formations supplémentaires en vue de reconnaître encore plus rapidement les éléments dangereux. Des panneaux illustrés et des informations aident les chauffeurs à identifier les éléments indésirables au moment de la livraison des déchets. Nous réalisons régulièrement des contrôles des flux de déchets livrés. En outre, des améliorations ont été apportées en ce qui concerne les installations. Les déchets solides destinés au four à lit fluidisé sont tout d'abord acheminés vers une installation de prétraitement où ils sont déchiquetés et débarrassés du fer avant d'être déversés dans la fosse de réception des déchets. La déchiqueteuse est équipée de vastes systèmes de détection et d'extinction d'incendie. 


Toutefois, malgré toutes ces mesures, il arrive encore parfois que des éléments indésirables passent entre les mailles du filet. C'est la raison pour laquelle nous ne lésinons pas en ce qui concerne l'information et la sensibilisation.

Sensibilisation des chauffeurs et des clients

Nous devons continuer à sensibiliser les chauffeurs et les clients si nous souhaitons retrouver moins d'éléments indésirables dans les déchets. En juin 2015, nous avons lancé une campagne de sensibilisation ciblée articulée autour des éléments indésirables et des boues. Les chauffeurs, qui livrent des boues et des gâteaux de filtration, ont reçu un prospectus contenant des informations claires relatives aux démarches à suivre en matière d'impact des éléments indésirables sur l'Homme et la production. 

De plus, c'est par le biais d'un mailing et de contacts directs que le service commercial a informé les clients et les sociétés de transports quant aux critères d'acceptation. Les clients recevront très bientôt une invitation à se rendre sur notre site en vue d'y suivre une session d'information concernant les conséquences des éléments indésirables dans les déchets et les moyens permettant de les prévenir. Le nombre d'interventions pour les éléments indésirables dans les déchets a connu un pic au printemps de l'année 2015, mais à l'issue de cette action de sensibilisation ciblée, nous sommes parvenus à réduire cette tendance à environ 4 interventions par mois.

Notification après chaque incident

En 2015, Indaver et Sleco ont commencé à envoyer des informations concernant la qualité (quality tweet) après chaque incident. Il s'agit de notifications brèves dont nous faisons part aussi bien en interne qu'en externe. Elles décrivent le type d'éléments indésirables trouvés dans les déchets, les risques qu'ils pourraient représenter pour le personnel et l'installation, les mesures ayant été prises dans le passé, et la manière dont le client ou le transporteur peut contribuer à une solution. 


Enfin, vu que l'approche combinant l'information et la sensibilisation porte ses fruits, nous la poursuivons afin de mettre un terme aux éléments indésirables dans les déchets.

Partager cette page