De la chaleur d’Indaver pour des quartiers résidentiels anversois

Il se peut que, dans un avenir proche, les quartiers anversois de Luchtbal et de Rozemaai bénéficient d’un chauffage venant tout droit du port. La ville d’Anvers, l’entreprise portuaire, Indaver et Fluvius examinent ensemble si la chaleur résiduelle des incinérateurs d’Indaver peut être utilisée pour du chauffage durable dans le quartier résidentiel et quelques entreprises. Elles ont en l’occurrence conclu un partenariat stratégique.

Chauffage pour un quartier résidentiel et des entreprises

Les installations d’incinération d’Indaver situées dans la zone portuaire d’Anvers génèrent énormément d’énergie. Cette énergie est convertie en électricité pour le réseau. Indaver fournit actuellement de la chaleur résiduelle à Amoras, le projet d’assèchement des boues de dragage du port d’Anvers, pour le chauffage des bâtiments.  Mais il y a encore suffisamment de chaleur résiduelle qui permettrait également de chauffer certains sites industriels voisins et les quartiers de Luchtbal et de Rozemaai, comme alternative durable aux énergies fossiles. La ville d’Anvers, l’entreprise portuaire, Indaver et le gestionnaire de réseau Fluvius vont maintenant se pencher en détail sur la faisabilité de ce projet.

Le plus grand réseau de chauffage de Flandre

Quand ce projet de chauffage semblera réalisable et sera effectif, il sera le plus grand réseau d’eau chaude de Flandre en termes de capacité. Par ailleurs, ce réseau requiert l’installation du premier grand conduit partant du port jusqu’au centre de la ville. La chaleur résiduelle d’Indaver est alors acheminée par ce conduit sur 12 kilomètres vers 3 000 familles, 7 écoles et divers bâtiments publics du quartier résidentiel. En cours de route, il distribue de la chaleur aux clients industriels implantés dans la zone portuaire. 

Économie substantielle de CO2

Ce réseau de chauffage générerait des économies annuelles de CO2 à hauteur de 27 000 tonnes. Cela correspond à des économies annuelles de quelque 19 grandes éoliennes de 3,3 MW ou, avec les émissions qui peuvent être évitées, au retrait de 18 000 voitures neuves de la circulation. De plus, le réseau de chauffage peut, à terme, encore être étendu aux quartiers et clients voisins. 

Étude détaillée

Les partenaires unissent désormais leurs forces dans une étude détaillée qui doit établir formellement et clairement si l’aménagement du réseau de chauffage est suffisamment rentable et s’il peut fournir de la chaleur en suffisance aux clients. L’objectif est également que les utilisateurs du réseau de chauffage ne paient pas plus pour leur chauffage que lorsqu’ils le génèrent eux-mêmes avec du gaz naturel. Les parties ambitionnent de décider fin 2019 si le projet doit voir le jour ou non. 

Objectifs climatiques

Un réseau de chaleur est un réseau de conduits permettant de pomper l’eau chaude d’un producteur vers les consommateurs. Grâce à un réseau de conduits hyperisolés, la chaleur est acheminée jusqu’aux habitations et aux bâtiments publics ou industriels. Cette chaleur peut alors être utilisée pour chauffer les locaux ou générer de l’eau chaude sanitaire.  Ce projet s’inscrit dans la stratégie d’Indaver d’intégrer le plus possible les déchets dans l’énergie ou les matériaux, ainsi que dans les ambitions climatiques de la Flandre. La Flandre libère dès lors 15,7 millions d’euros du Klimaatfonds (fonds flamand pour le climat). 
 

Partager cette page